Questions

1. Quelle interprétation : le Christ est-il mort pour libérer l'humanité (« Il fallait que... ») ou est-il venu libérer l'humanité, ce qui a causé sa mort ?

2. Quelle pertinence peut avoir aujourd'hui le langage du sacrifice ? Faut-il le traduire (et comment ?) ou faut-il l'abandonner (et alors pour quel gain et au prix de quelle perte ?) ?

3. Peut-on parler autrement du sens de la mort de Jésus qu'en termes de sacrifice, de pardon, de rachat, de libération et de justification ?

4. Qu’est-ce que le récit de cette mise à mort nous dit de la condition de l'humain dans le monde, face aux autres et à Dieu, et qu'est-ce qu’il nous dit de Dieu par rapport au monde et à l’humain ?